Forum Julien Doré Index du Forum
Forum Julien Doré

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Poésies
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Julien Doré Index du Forum -> ESPACE DES FORUMERS -> ¤ Espace Culture ¤ -> ¤ Lecture ¤
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Megahertz


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2007
Messages: 2 033
Localisation: Si tu vois que la berge se dérobe, prête l'oreille et tu me devineras

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:19 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Paul Verlaine / Green :

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

J'arrive tout couvert encore de rosée
Que le vent du matin vient glacer à mon front.
Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée
Rêve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête
Toute sonore encor de vos derniers baisers
Laissez-la s'apaiser de la bonne tempête
Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

-------------------

Arthur Rimbaud / Ma bohème :

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot soudain devenait idéal;
J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal;
Oh! là là! que d'amours splendides j'ai rêvées!

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!

------------------------

Pierre de Ronsard / Sonnet pour Hélène :

L'autre jour que j'étais sur le haut d'un degré,
Passant tu m'avisas, et me tournant la vue,
Tu m'éblouis les yeux, tant j'avais l'âme émue
De me voir en sursaut de tes yeux rencontré.

Ton regard dans le coeur, dans le sang m'est entré
Comme un éclat de foudre alors qu'il fend la nue :
J'eus de froid et de chaud la fièvre continue,
D'un si poignant regard mortellement outré.

Et si ta belle main passant ne m'eût fait signe,
Main blanche, qui se vante être fille d'un Cygne,
Je fusse mort, Hélène, aux rayons de tes yeux;

Mais ton signe retint l'âme presque ravie,
Ton oeil se contenta d'être victorieux,
Ta main se réjouit de me donner la vie.

---------------------

Louise Labé / Je vis, je meurs

Je vis, je meurs : je me brûle et me noie.
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est trop molle et trop dure.
J'ai grand ennuis entremêlés de joie :

Tout à coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure :
Mon bien s'en va, et à jamais il dure :
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène :
Et quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

--------------

Charles Baudelaire / La mort des amants :

Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
Des divans profonds comme des tombeaux,
Et d'étranges fleurs sur des étagères,
Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
Qui réfléchiront leurs doubles lumières
Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.

Un soir fait de rose et de bleu mystique,
Nous échangerons un éclair unique,
Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux;

Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
Les miroirs ternis et les flammes mortes.

-----------------
_________________


Dernière édition par Megahertz le Jeu 31 Mai - 20:11 (2007); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:19 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mojitogirl
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2007
Messages: 3 123
Localisation: near Paris

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:32 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

ça fait super du bien tout ces mots
_________________
Revenir en haut
mojitogirl
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2007
Messages: 3 123
Localisation: near Paris

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:33 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Demain, dès l'aube VICTOR HUGO


Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.





c'est pas gai gai...
_________________
Revenir en haut
Gouzou


Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 1 017
Localisation: Nice

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:35 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Le dormeur du val - Rimbaud

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.


Sinon vous avez le poème dans ma signature.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
mojitogirl
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2007
Messages: 3 123
Localisation: near Paris

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:39 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Gouzou j'allais choisir celui là aussi...
_________________
Revenir en haut
Marie


Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2007
Messages: 328
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 21:41 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

" personne ne semble avoir songé au fait que l'existence est absurde, y réussir brillamment n'a pas plus de valeur qu'y échouer. C'est seulement plus confortable."extrait de l'élégance du hérisson de M.Barbery
sur fond de Stairway to heaven de Led Zep
ce n'est pas de la poésie mais....cela fait réfléchir tout autant.
Revenir en haut
loulou123


Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2007
Messages: 89

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 22:00 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Les Assis

Noirs de loupes, grêlés, les yeux cerclés de bagues
Vertes, leurs doigts boulus crispés à leurs fémurs,
Le sinciput plaqué de hargnosités vagues
Comme les floraisons lépreuses des vieux murs ;


Ils ont greffé dans des amours épileptiques
Leur fantasque ossature aux grands squelettes noirs
De leurs chaises ; leurs pieds aux barreaux rachitiques
S'entrelacent pour les matins et pour les soirs !


Ces vieillards ont toujours fait tresse avec leurs sièges,
Sentant les soleils vifs percaliser leur peau
Ou, les yeux à la vitre où se fanent les neiges,
Tremblant du tremblement douloureux du crapaud.


Et les Sièges leur ont des bontés : culottée
De brun, la paille cède aux angles de leurs reins ;
L'âme des vieux soleils s'allume emmaillotée
Dans ces tresses d'épis où fermentaient les grains.


Et les Assis, genoux aux dents, verts pianistes,
Les dix doigts sous leur siège aux rumeurs de tambour,
S'écoutent clapoter des barcarolles tristes,
Et leurs caboches vont dans des roulis d'amour.


- Oh ! ne les faites pas lever ! C'est le naufrage...
Ils surgissent, grondant comme des chats giflés,
Ouvrant lentement leurs omoplates, ô rage !
Tout leur pantalon bouffe à leurs reins boursouflés.


Et vous les écoutez, cognant leurs têtes chauves
Aux murs sombres, plaquant et plaquant leurs pieds tors,
Et leurs boutons d'habit sont des prunelles fauves
Qui vous accrochent l'oeil du fond des corridors !


Puis ils ont une main invisible qui tue :
Au retour, leur regard filtre ce venin noir
Qui charge l'oeil souffrant de la chienne battue,
Et vous suez pris dans un atroce entonnoir.


Rassis, les poings noyés dans des manchettes sales,
Ils songent à ceux-là qui les ont fait lever
Et, de l'aurore au soir, des grappes d'amygdales
Sous leurs mentons chétifs s'agitent à crever.


Quand l'austère sommeil a baissé leurs visières,
Ils rêvent sur leur bras de sièges fécondés,
De vrais petits amours de chaises en lisière
Par lesquelles de fiers bureaux seront bordés ;


Des fleurs d'encre crachant des pollens en virgule
Les bercent, le long des calices accroupis
Tels qu'au fil des glaïeuls le vol des libellules
- Et leur membre s'agace à des barbes d'épis.

Arthur RIMBAUD, Poésies 1870-1871
Revenir en haut
Megahertz


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2007
Messages: 2 033
Localisation: Si tu vois que la berge se dérobe, prête l'oreille et tu me devineras

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 22:05 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Louise Labé / Ne reprenez Dames

Ne reprenez, Dames, si j’ai aimé,
Si j’ai senti mille torches ardentes,
Mille travaux, mille douleurs mordantes.
Si, en pleurant, j’ai mon temps consumé,

Las ! que mon nom n’en soit par vous blâmé.
Si j’ai failli, les peines sont présentes,
N’aigrissez point leurs pointes violentes :
Mais estimez qu’Amour, à point nommé,

Sans votre ardeur d’un Vulcain excuser,
Sans la beauté d’Adonis accuser,
Pourra, s’il veut, plus vous rendre amoureuses,

En ayant moins que moi d’occasion,
Et plus d’étrange et forte passion.
Et gardez-vous d’être plus malheureuses !

----------------

Alfred de Musset / La nuit d'août (extrait)

O Muse ! que m'importe ou la mort ou la vie ?
J'aime, et je veux pâlir ; j'aime, et je veux souffrir ;
J'aime, et pour un baiser je donne mon génie ;
J'aime, et je veux sentir sur ma joue amaigrie
Ruisseler une source impossible à tarir.

J'aime, et je veux chanter la joie et la paresse,
Ma folle expérience et mes soucis d'un jour,
Et je veux raconter et répéter sans cesse
Qu'après avoir juré de vivre sans maîtresse,
J'ai fait serment de vivre et de mourir d'amour.

Dépouille devant tous l'orgueil qui te dévore,
Coeur gonflé d'amertume et qui t'es cru fermé.
Aime, et tu renaîtras ; fais-toi fleur pour éclore.
Après avoir souffert, il faut souffrir encore ;
Il faut aimer sans cesse, après avoir aimé.
_________________
Revenir en haut
Tagada


Hors ligne

Inscrit le: 11 Avr 2007
Messages: 657
Localisation: Fond du couloir 3ème porte à droite

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 22:53 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs
Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous les deux

Poême de Louis Aragon
(Mis en musique par G. Brassens)
Revenir en haut
little-wing


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2007
Messages: 183
Localisation: by the divine Avida Dollars

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 23:31 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Sensation

Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,
Picoté par les blés, fouler l'herbe menue :
Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.
Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :
Mais l'amour infini me montera dans l'âme,
Et j'irai loin, bien loin, comme un bohémien,
Par la Nature, - heureux comme avec une femme.


Rimbaud


Voyelles


A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d'ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges ;
- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !


Rimbaud (un classique Mr. Green)


La cloche fêlée


Il est amer et doux, pendant les nuits d'hiver,
D'écouter, près du feu qui palpite et qui fume,
Les souvenirs lointains lentement s'élever
Au bruit des carillons qui chantent dans la brume.

Bienheureuse la cloche au gosier vigoureux
Qui, malgré sa vieillesse, alerte et bien portante,
Jette fidèlement son cri religieux,
Ainsi qu'un vieux soldat qui veille sous la tente!

Moi, mon âme est fêlée, et lorsqu'en ses ennuis
Elle veut de ses chants peupler l'air froid des nuits,
Il arrive souvent que sa voix affaiblie

Semble le râle épais d'un blessé qu'on oublie
Au bord d'un lac de sang, sous un grand tas de morts,
Et qui meurt, sans bouger, dans d'immenses efforts.


Baudelaire, Les fleurs du mal.


Les métamorphoses du vampire


La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc:
- "Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles!
Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi!"
Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus!
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.

Charles Baudelaire


Youpi Youpi
Revenir en haut
laurinette


Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2007
Messages: 211
Localisation: Paris

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 09:05 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

à Honfleur

le ciel était en bois
les cierges étaient en berne
l'autel était en fleurs
l'orgue était en lice
le prêtre était en reste
les statues en liberté
le christ était en croix
les cloches étaient en pleurs
la nef était enjouée
le mystère était entier
le mari était en noir
la mariée enterrée

Laura Huguenin

Quoi? vous connaissez pas? une très grande artiste française, j'vous jure! lol

(j'ai pas pu m'empêcher en voyant cette rubrique, petit plaisir personnel, désolée :-))
_________________
youp la boum


Dernière édition par laurinette le Jeu 31 Mai - 09:22 (2007); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
loulou123


Hors ligne

Inscrit le: 29 Avr 2007
Messages: 89

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 09:16 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

" La Fête à Neuilly" de Prévert Jacques :

Une horloge sonne douze coups
Qui sont ceux de minuit
Adorable soleil des enfants endormis

Dans une ménagerie
A la fête de Neuilly
Un ménage de dompteurs se déchire
Et dans leurs cages
Les lions rugissent allongés et ravis
Et font entre eux un peu de place
Pour que leurs lionceaux aussi
Puissent jouir du spectacle
Et dans les éclairs de l'orage
Des scènes de ménage des maîtres de la ménagerie
Un pélican indifférent
Se promène doucement
En laissant derrière lui dans la sciure mouillée
La trace monotone de ses pattes palmées
Et par la déchirure de la toile de tente déchirée
Un grand singe triste et seul
Aperçoit dans le ciel
La lune seule comme lui
La lune éblouie par la terre
Baignant de ses eaux claires les maisons de Neuilly
Baignant de ses eaux claires
Toutes les pierres de lune des maisons de Paris

Une horloge sonne six coups
Elle ajoute un petit air
Et c'est six heures et demie
Les enfants se réveillent
Et la fête est finie
Les forains sont partis
La lune les a suivis. "

(petite parenthèse sur nîmes Mr. Green )


L'amour est libre il n'est jamais soumis au sort
O Lou le mien estplus fort encore que la mort
Un coeur le mien te suit dans ton voyage au Nord

Lettres Envoie aussi des lettres ma chérie
On aime en recevoir dans notre artillerie
Une par jour au moins une au moins je t'en prie

Lentement la nuit noire est tombée à présent
On va rentrer après avoir acquis du zan
Une deux trois À toi ma vie À toi mon sang

La nuit mon coeur la nuit est très douce et très blonde
O Lou le ciel est pur aujourd'hui comme une onde
Un coeur le mien te suit jusques au bout du monde

L'heure est venue Adieu l'heure de ton départ
On va rentrer Il est neuf heures moins le quart
Une deux trois Adieu de Nîmes dans le Gard

Guillaume Apollinaire
Poème à Lou, Nîmes, 4 février 1915
Revenir en haut
Megahertz


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2007
Messages: 2 033
Localisation: Si tu vois que la berge se dérobe, prête l'oreille et tu me devineras

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 09:40 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

laurinette a écrit:
à Honfleur

le ciel était en bois
les cierges étaient en berne
l'autel était en fleurs
l'orgue était en lice
le prêtre était en reste
les statues en liberté
le christ était en croix
les cloches étaient en pleurs
la nef était enjouée
le mystère était entier
le mari était en noir
la mariée enterrée

Laura Huguenin

Quoi? vous connaissez pas? une très grande artiste française, j'vous jure! lol

(j'ai pas pu m'empêcher en voyant cette rubrique, petit plaisir personnel, désolée :-))

J'aime bien !



"Ôde à l'A" :

L'âme lasse, j'errais
Lame là, je pourfendais
Les deux visages j'avais
la chaleur et le froidure j'alternais

Tantôt ci, tantôt las
Tant trop la scie découpa
bonheur aux coeurs errants
et aux esprits distants

Je passe les instants
Le pas se fait pressant
J'avais le temps pourtant

Voler comme un coeur rempli d'amour
Léger comme le vent qui court
la raison embrûmée pour toujours

Megahertz ( Mr. Green )
_________________
Revenir en haut
papillon


Hors ligne

Inscrit le: 28 Mai 2007
Messages: 126
Localisation: eure et loir

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 10:47 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

que de poètes sur ce forum c'est merveilleux continuez comme ça
Revenir en haut
MSN
lilou
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 12 Avr 2007
Messages: 2 575

MessagePosté le: Jeu 31 Mai - 11:09 (2007)    Sujet du message: Poésies Répondre en citant

Un poème que j'aime bien d'un poète que j'aime beaucoup:


Et s'il était à refaire
Je referais ce chemin
Une voix monte des fers
Et parle des lendemains

On dit que dans sa cellule
Deux hommes cette nuit-là
Lui murmuraient Capitule
De cette vie es-tu las

Tu peux vivre tu peux vivre
Tu peux vivre comme nous
Dis le mot qui te délivre
Et tu peux vivre à genoux

Et s'il était à refaire
Je referais ce chemin
Une voix monte des fers
Et parle des lendemains

Rien qu' un mot la porte cède
S'ouvre et tu sors Rien qu'un mot
Le bourreau se dépossède
Sésame Finis tes maux

Rien qu'un mot rien qu'un mensonge
Pour transformer ton destin
Songe songe songe songe
A la douceur des matins

Et si c'était à refaire
Je referais ce chemin
La voix qui monte des fers
Parle aux hommes de demain

J'ai tout dit ce qu'on peut dire
L'exemple du Roi Henri
Un cheval pour mon empire
Une messe pour Paris

Rien à faire Alors qu'ils partent
Sur lui retombe son sang
C'était son unique carte
Périsse cet innocent

Et si c'était à refaire
Referait-il ce chemin
La voix qui monte des fers
Dit je le ferai demain

Je meurs et France demeure
Mon amour et mon refus
O mes amis si je meurs
Vous saurez pour quoi ce fut

Ils sont venus pour le prendre
Ils parlent en allemand
L'un traduit Veux-tu te rendre
Il répète calmement

Et si c'était à refaire
Je referais ce chemin
Sous vos coups chargés de fers
Que chantent les lendemains

Il chantait lui sous les balles
Des mots sanglant est levé
D'une seconde rafale
Il a fallu l'achever

Une autre chanson française
A ses lèvres est montée
Finissant la Marseillaise
Pour toute l'humanité



Louis Aragon
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:15 (2016)    Sujet du message: Poésies

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Julien Doré Index du Forum -> ESPACE DES FORUMERS -> ¤ Espace Culture ¤ -> ¤ Lecture ¤ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 1 sur 8

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com