Forum Julien Doré Index du Forum
Forum Julien Doré

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Julien Doré Index du Forum -> ESPACE DES FORUMERS -> ¤ Discussions Libres ¤
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Lun 29 Sep - 13:15 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Bonjour, je vais initier ce topic par un conte soufi.

L' HOMME QUI MARCHAIT SUR L' EAU

Un jour, un derviche à l' esprit conventionnel, produit d' une école religieuse austère, se promenait le long d' un cours d' eau, entièrement absorbé par des problèmes théologiques et moraux à quoi se réduisait l' enseignement soufi dispensé par sa communauté. Pour lui, la religion émotionnelle equivalait à la recherche de la vérité ultime. Il poursuivait sa méditation lorsqu'un grand cri vint rompre le fil de ses pensées : quelqu'un était en train de répéter l' appel derviche.
" C' est sans valeur" trancha-t-il, " car cet homme prononce mal les syllabes sacrées. Au lieu de psalmodier YA HOU, il fait OU YA HOU....".
Il considera alors qu'il était de son devoir - lui qui avait étudié avec zèle- de corriger ce malheureux qui n' avait sans doute pas eu la chance d' être correctement guidé et qui faisait donc de son mieux pour entrer en résonance avec l' idée derrière les sons.
Il loua une barque et rama en direction de l' île d'où semblait venir la voix.
Dans une hutte de roseaux, il découvrit un homme revêtu de la robe derviche ( laine souf), assis à même le sol, et qui se balançait au rythme de la répétition de la formule initiatique.
" Mon ami", lui dit-il, " tu prononces mal les mots. Il m' incombe de te le dire. Voici comment tu dois les prononcer". Et il le lui dit.
" Merci" fit l' autre avec humilité.
Le derviche conventionnel remonta dans sa barque très satisfait d' avoir fait une bonne action. Après tout, n'est-il pas dit que l' homme qui parvient à répéter correctement la formule sacrée possède même le pouvoir de marcher sur les eaux. Le derviche n' avait jamais vu personne accomplir pareil prodige mais il avait toujours espéré en être capable un jour.
De la hutte de roseaux ne venait plus aucun bruit; il était sûr cependant que la leçon avait porté. C' est alors qu'il entendit un OU YA hésitant : le derviche de l'île se mettait une fois encore à répéter la formule à sa manière...
Le derviche conventionnel méditait sur l' entêtement à demeurer dans l' erreur, lorsque ses yeux découvrirent un étrange spectacle : le derviche de la hutte avait quitté son île et s' avançait vers lui, en marchant à la surface de l'eau....Stupéfait, il s' arrêta de ramer. L' autre l' aborda avec ces mots : " Frère, pardonne-moi de t'importuner mais je suis venu te demander de bien vouloir encore une fois m' indiquer la méthode classique de répétition dont tu m'as parlé, car j'ai du mal à m'en souvenir."
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 29 Sep - 13:15 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
phara one


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2007
Messages: 2 736
Localisation: sous le pont

MessagePosté le: Mar 30 Sep - 19:02 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

LA BETE BLANCHE DE PICARDIE


Cette mystérieuse histoire remonte à il y a fort longtemps, en Picardie, dans le Nord de la France, sur une des nombreuses routes de campagnes qui reliaient les petits villages à l'époque.

La nuit venait tout juste de tomber et un homme marchait tranquillement, éclairé par un beau clair de lune, revenant de la ville où il avait été visiter quelques uns de ses parents. Traversant un champ de luzerne, un curieux bruit le tira de ses rêveries. Observant les champs qui bordaient la route, il crût d'abord que c'était un chien... Il l'appela mais la créature n'émit aucun son. Il se dit alors que cela devait être un oiseau ou un rat... Il continue donc sa route, mine de rien, jusqu'au moment où, entendant de nouveaux bruits, il eut la désagréable sensation d'être encerclé, les bruits venant quelques fois du champ se trouvant à sa gauche et ensuite des longues herbes qui se trouvaient à sa droite...

Accélérant le pas, il continua à regarder partout alentour de lui, lorsque soudain, une bête blanche qu'il n'avait jamais aperçu lui passa entre les deux jambes et se mit à tourner rapidement autour de lui, sans pour autant lui ostruer le chemin. L'homme augmenta encore sa cadence, pris de frayeur, il tenta de frapper l'animal avec son bâton. La mystérieuse bête blanche évita facilement ses coups et continua à tourner alentour de notre voyageur. Ce petit manège dura longtemps, l'homme essayant désespérément d'assommer la bête qui, elle, continuait à éviter les coups avec une facilité déconcertante.

Arrivé à l'entrée du village, l'homme exténué remarqua avec stupéfaction que la bête qui le suivait se transformait en homme. Mais le pauvre paysan n'était pas au bout de ses peines, sitôt la transformation fut-elle terminée, que le mystérieux inconnu passa aux côtés de notre voyageur en une fraction de seconde et disparu à l'autre bout du village.

L'homme ne comprit jamais ce qui lui était arrivé et la bête blanche de Picardie restera à jamais un mystère, une légende incomprise et mystérieuse. A l'époque, les gens croyaient que cette apparition était le vilain tour d'un lutain ou d'une autre de ce type de créatures féeriques, plusieurs théories de l'époque sont aussi en faveur d'une manifestation de loup-garou, la lycanthropie étant une croyance répandue à l'époque.

Vous avez probablement, vous aussi, entendu des bruits étranges si vous avez déjà marché le long des champs, après la tombée de la nuit. Les bêtes monstrueuses et sanguinaires ont marqué l'imaginaire de la France.....................

(nous tenons à remercier Wikipédia, sans qui tout ce qui précède n'aurait pas pu voir être ici transcrit Smile )
_________________
a gad la télévision .... épi dort .... (ou pas) ...
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Jeu 2 Oct - 11:54 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Sympathique légende de PICARDIE qui évoque une forme ectoplasmique ( esprit désincarné, entité des mondes invisibles, etc...) qui se transforme et se meut à la vitesse de la pensée et de la volonté.
Une émission de M6 assez ancienne évoquait un homme voyant ces ectoplasmes et les prenant en photo POLAROID sur lesquelles ils devenaient visibles pour tous ( je ne me souviens plus du titre de l' émission mais c' était la même époque que MYSTERES sur TFI ou LES CHANTS DE L' INVISIBLE de MARTINO sur A2 ).
Si j'ai le temps tout à l' heure je commetrai une histoire. :extas:
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Jeu 2 Oct - 13:36 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

LE JARDIN ZEN

Un maître zen demanda a son disciple de nettoyer le jardin du monastère. Le disciple nettoya le jardin et le laissa dans un état impeccable. Le maître ne fut pas satisfait. Il lui fit refaire le nettoyage une deuxième, puis une troisième fois.
Découragé, le pauvre disciple se plaignit :
" Mais maître, il n'y a rien de plus à ordonner, à nettoyer dans ce jardin !!! Tout est fait !
- " Il manque une chose", répondit le maître.
Il secoua un arbre et quelques feuilles se détachèrent, jonchant le sol.
" A présent, le jardin est parfait" conclut-il.
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
Nane


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 2 527
Localisation: Ottignies (Belgique)

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 08:00 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant




Contes et légendes de Belgique
Berthe de la Roche
Province: Luxembourg
Localité: La Roche en Ardennes: Photo des ruines du château

Il y a bien longtemps, dans un village de la haute Amblève, vivaient un fermier et sa fille. Ce fermier était un homme incroyablement avare, ce qui le rendait bien impopulaire. Aussi, plus personne ne prenait le chemin de sa ferme, même les valets ne se présentaient plus tant ils étaient maltraités par le méchant homme. Sa fille s'appelait Gertrude, et heureusement pour elle, elle était aussi belle et gentille que son père était laid et méchant. Elle s'accommodait de tous les travaux attribués aux femmes et ne se plaignait pas, essayant toujours de satisfaire son père. Bien en vain...c
Il arriva cependant qu'un valet se présenta à la ferme, au grand étonnement du fermier. Le valet en question s'appelait Le seigneur de La Roche, veuf et voyant l'âge avancer, s'inquiétait pour sa fille. Berthe était une des plus belles demoiselles de la région. Ses cheveux dorés délicatement ondulés couraient sur ses épaules fragiles. Ses lèvres légèrement pourpres et son teint doucement nacré donnaient à son visage un air d'ange. Tendre et sage, elle laissait sous le charme dès le premier regard. Mais la jeune fille gâtée par la naissance n'était pas pressée de se marier. Les prétendants étaient repoussés sitôt arrivés.

Trop de choix ? Peut-être. Le père se dit qu'il fallait pourtant un protecteur pour le temps où il ne serait plus. Décider lui-même qui serait l'heureux mari aurait été facile. Mais le bon seigneur ne voulait pas imposer ses vues. Il décida d'organiser un grand tournoi. Le valeureux vainqueur prouverait par sa bravoure ses qualités d'époux.Toute la noblesse fût avertie du jour et de l'heure. Les jeunes hommes de la région s'affairaient. Ils en perdaient presque la tête rien qu'à l'idée de se retrouver aux côtés de la belle. Et par delà ces contrées, Berthe avait aussi séduit à des lieues du châteaux.

La nouvelle était parvenue jusque Montaigu, dans le nord. Le défi piqua la curiosité de Waleran le fort, bien que déjà promis par ailleurs. Le fils aîné du comte de Montaigu était fiancé à Marie de Salm, jeune fille sombre et sans faste. Leurs parents avaient convenu d'un mariage depuis un an déjà.Waleran, aimant les armes et les joutes, n'en fit qu'à sa tête. Il trépignait d'impatience à l'idée de contempler cette beauté pour laquelle tant d'hommes étaient prêts à se battre.

Il ne regretta pas le voyage. Berthe était plus douce que le miel, plus gracieuse que le cygne. Il en tomba éperdument amoureux. Et Berthe, troublée par de si nobles sentiments, ne resta pas indifférente. Depuis leur rencontre, chaque moment, chaque pensée était pour leur amour. Waleran l'infidèle oublia presque sa promise.

Avant de regagner Montaigu, Waleran serra la belle dans ses bras une dernière fois. Il lui promit de revenir pour le tournoi. Bâti comme un roc, la victoire lui serait assurée. La jeune fille coupa une mèche de ses cheveux soyeux et lui glissa entre les doigts. Une preuve de son amour, un porte-bonheur pendant le combat. Marie sentit venir la trahison. Waleran ne dit rien. Il ne voulait pas décevoir. Mais en arrivant chez la fiancée, le jeune homme déposa sa toque d'où tomba les longs fils dorés. La fille de Salm le jeta à la porte, outrée et profondément déchirée.

Le tournoi arrivé. Dans un château décoré pour les noces, des jeunes gens accouraient de partout. Tous plus forts les uns que les autres. La tension montait au fil des épreuves. Waleran avait été courageux. Il allait sortir triomphal des combats quand un cavalier surgit à la dernière minute. Les juges discutèrent longtemps, hésitèrent. Le combat final fût accepté de justesse. Le mystérieux cavalier tout vêtu de noir était plutôt chétif. Waleran n'en ferait qu'une bouchée. Le premier coup fût retentissant mais la sombre armure résista. A la deuxième attaque, les lances volèrent en éclats. Berthe frissonna. Un mauvais pressentiment.

La troisième tentative fût la bonne. Waleran tomba de sa monture et roula dans la poussière. Le jeune châtelain disparût, chassé par sa honte. Berthe, pâle, s'inclina, le chagrin au bout des yeux.
Les épousailles prolongèrent le tournoi. Malgré l'insistance du seigneur de La Roche, le sombre cavalier refusa de laisser entrevoir son visage. Le jeune époux voulait sans doute garder la surprise pour sa nouvelle compagne. Alors quand la noce fût bien entamée, il conduisit la tendre Berthe vers la chambre nuptiale.
Un cri terrible jaillit dans la nuit. Le bon père se pressa, le cœur battant pour sa fille. Sans reprendre son souffle, il enfonça la porte des mariés. Une bise violente lui glaça le sang. Personne. Juste une fenêtre ouverte sur le vide. Et en bas, le corps de Berthe gisait sans vie. Le mystérieux cuirassé avait disparu.
Après des années de recherches, on découvrit que le cavalier noir n'était autre que Marie de Salm. Son sang changé en venin, elle n'avait plus eu en tête que l'idée de se venger de son amant infidèle. On raconte qu'elle aurait vendu son âme au diable pour battre Waleran au tournoi. C'est après l'avoir poignardé qu'elle jeta le corps de Berthe par la fenêtre. Puis se sentant perdue, elle aurait voulu la suivre dans la mort. Mais le diable la saisit au passage et l'emmena en enfer. Voilà pourquoi on ne retrouva pas son corps aux côtés de la douce.

Depuis la nuit du crime, le spectre de Berthe de La Roche revient hanter le château. Elle déambule et tombe pour la énième fois du haut des remparts. Et si on tend l'oreille, on distingue comme une plainte qui revient du tréfonds des temps. br>
Un bout d'histoire br>
Plusieurs fouilles ont permis de répondre aux énigmes historiques du château de La Roche, situé au cœur de l'Ardenne. Les ruines attestent de sa construction dès le XI -XIIe siècle. A cette époque, la place forte jouait un rôle stratégique dans la protection et le développement du centre commercial, devenu entre temps une étape sur la route des laines anglaises vers la Lombardie.
Le château sera habité jusqu'en 1780. Il avait été transformé en logis seigneurial par les Français à la fin du XVIIe siècle. Mais abandonné par Joseph II, les murs tombèrent en ruines et l'endroit servit juste de réserve de matériaux aux Rochois du siècle passé.
On peut aujourd'hui se promener au milieu des vielles pierres et se replonger dans l'ambiance de l'époque. La fenêtre par laquelle aurait été jetée Berthe est d'ailleurs toujours visible et la chambre des époux est accessible aux visiteurs. Avec un peu d'imagination, on peut même revivre le tournoi et les noces qui s'en suivirent ! Mais quand la bonne saison revient, faites attention… Le fantôme prend forme et pourrait vous effrayer. Il apparaît de Pâques à fin septembre le samedi à 21h. Et du 10 juillet au 23 août, tous les jours à 22h. Petite exception, le fantôme ne vient pas par temps de pluie. Un fantôme aussi a ses exigences !
   

_________________
Conduis-moi où les fées s'envolent
Revenir en haut
Nane


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 2 527
Localisation: Ottignies (Belgique)

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 10:11 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

contes et légendes de Belgique
Manneken Pis
Province: Bruxelles
Localité: Bruxelles

Il y a bien longtemps, dans la belle ville de Bruxelles, habitait une sorcière. Comme souvent, en ce temps-là, les sorcières étaient vilaines et méchantes. Celle-ci n'échappait pas à la règle: dès qu'elle en avait l'occasion, elle faisait du mal aux gens. On la craignait beaucoup. Un mystère planait autour d'elle car on ne la voyait jamais pendant la journée, elle ne sortait que le soir, et, alors, personne ne savait où elle allait.
Dans le quartier où habitait la sorcière vivait aussi un vieillard qui était tout son opposé. C'était un homme bon et aimé de tous.
A cette époque, les enfants se promenaient souvent dans les rues et y rencontraient leurs petits copains. Un jour, un petit garçon passa dans ce quartier. Soudain, il fut pris d'une envie violente de satisfaire un besoin naturel, et c'est sur la façade de la maison de la sorcière qu'il se mit à pisser... Evidemment, il ne savait pas qu'elle en était le propriétaire. Remarquant le gamin en train de pisser sur la façade de sa maison, la sorcière se mit en colère et lui cria:
- Tu oses venir souiller ma maison! Et bien, pour ta punition, tu continueras toute l'éternité! Ensuite, elle disparut. Le bon vieil homme n'avait rien perdu de la scène: il sortit de chez lui avec une statue de pierre qu'il posa juste à la place de l'enfant. Il prit ensuite le gamin par la main et le reconduisit chez ses parents. Depuis, c'est la statue, et non le petit garçon, qui accomplit la tâche exigée par la sorcière...

Des variantes de la légende de Manneken Pis existent, en parallèle à celle-ci, notamment:

Il y a bien longtemps, Bruxelles fut assiégée par un ennemi puissant. Pourtant, aussi puissant qu'il était, il ne parvenait pas à entamer le courage et la vaillance des bruxellois: il fut donc bien obligé de lever le siège. Mais puisqu'il ne pouvait pas posséder la ville telle qu'elle était, il décida que personne d'autre ne l'aurait: il brûla tout.
Les bruxellois, heureux d'être délivrés avaient abandonné toute défense. La ville commença donc à brûler. Elle aurait sans doute brûlé tout entière si un petit garçon, ayant aperçu la mèche qui détruirait tout, ne s'était mis à combattre le feu grâce au seul moyen que la nature lui avait donné. Il urina tant et tant qu'il eut raison du feu. Les bourgeois, mis au courant de cet exploit, érigèrent une statue en l'honneur de l'enfant comme preuve de leur reconnaissance.
_________________
Conduis-moi où les fées s'envolent
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 12:18 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Le Manneken pis est la seule statue de ce genre au monde ?
Lady GODIVA nue sur un cheval est un autre archétype belge, connais-tu son histoire ?
Je pensais qu' à force de boire une bonne bière belge le MANNEKEN PIS n'arrêtait pas d' uriner et qu'il symbolisait le côté diurétique de cette boisson.
Ton histoire m' a montré la version officielle, merci.
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 13:18 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

L' histoire de Berthe de La ROCHE est émouvante, son intrigue existe en maintes versions dans différentes légendes mais chacune a son caractère et sa richesse.
Merci pour nous l' avoir fait découvrir.
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
phara one


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2007
Messages: 2 736
Localisation: sous le pont

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 14:35 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

En réponse à ton allusion concernant la très ancienne émission de TF1 consacrée aux MYSTERES, voici une histoire qui y a été évoqué justement Wink


LE MYSTERE DE LA DAME BLANCHE


Tout commence en 1960 en Normandie dans le département du Calvados… Une jeune femme tout juste âgée d’une vingtaine d’années rentrait chez elle, dans un petit hameau au cœur de la forêt de Cerisy. Sous une pluie battante cette jeune femme n’a rien vu venir, et en un éclair sa vie fût brisée, fauchée violemment au carrefour surnommé « l’embranchement » ; la jeune fille perdit la vie instantanément.
Quelques années après le tragique accident, alors qu’une automobiliste rentrait tranquillement chez elle en fin de journée, elle aperçut une jeune femme qui faisait de l’autostop sur le bord de la route. Elle s’arrêta pour prendre la jeune femme à bord de son véhicule et celle-ci lui demanda de la déposer au hameau voisin, après le carrefour où elle prétendit que sa mère habitait. La conductrice , sans trop faire état de sa passagère, repris son chemin mais lorsqu’elle parvint à proximité du carrefour, elle perçut les tremblements et l’état d’anxiété dans lequel se trouvait sa passagère. Quelque peu intriguée par un tel comportement, la conductrice tenta de lui demander la raison de son effroi , mais cette dernière demeura silencieuse.
Après avoir franchit l’ « embranchement », que ne fut la stupeur de la conductrice lorsqu’elle se rendit compte que sa passagère avait disparu. Elle s’arrête sur le bas côté, ouvrit la portière et se retourna vers le carrefour, mais rien… plus aucune trace… Il régnait un calme Olympien. Il fallut à cette conductrice plusieurs semaines avant de ne pouvoir témoigner de cette incroyable histoire, mais elle le fit auprès d’autres personnes qui avaient toutes vécu une histoire similaire à la sienne.

Cette histoire vraie, confirme la réalité d’un monde invisible parallèle d’où les entités se manifestent à nous pour diverses raisons et nous repositionne par rapport à la vie après la mort. Dans le cas de cette jeune femme il semble évident que son âme arrachée d’une manière aussi rapide et vive l’a laissé dans l’incompréhension de la tragédie qui l’a frappé. Ce qui explique que des années après le drame, son âme soit toujours en ce lieu plutôt que d’avoir suivi le chemin de la lumière destiné à son évolution.
_________________
a gad la télévision .... épi dort .... (ou pas) ...
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 14:45 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Phara, un numéro de FACTEUR X ( j' espère que je l'ai encore) évoque les Dames Blanches dans le monde, même en Afrique (sans rire).
Sur les apparitions paranormales voir aussi le film LA PROPHETIE DES OMBRES ( d' après des évènements réels vers 1995 à POINT PLEASANT).
Wink
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
phara one


Hors ligne

Inscrit le: 03 Juin 2007
Messages: 2 736
Localisation: sous le pont

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 15:07 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Oui, j'ai lu quelques articles où les apparitions de Dames Blanches sont évoquées... J'avais le choix entre plusieurs témoignages (la Dame Blanche de Chapereillan dans l'Isère, la Dame Blanche de Palavas les Flots ( Exclamation un bord de mer devenu illustre grâce à JD Very Happy ), la Dame Blanche du CHU de Caen, et bien d'autres...)
_________________
a gad la télévision .... épi dort .... (ou pas) ...
Revenir en haut
Nane


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 2 527
Localisation: Ottignies (Belgique)

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 16:28 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

La légende de lady Godiva
(wikipedia)
L'histoire raconte qu'elle était la belle épouse de Léofric (968-1057), comte de Mercie et seigneur de Coventry. Les habitants de cette ville souffraient sous l'imposition accablante du comte. À plusieurs reprises, Dame Godiva fit appel à son mari, qui refusait obstinément de diminuer les taxes. Enfin, las, il prétendit satisfaire à sa demande si elle montait à cheval nue dans les rues de la ville. Dame Godiva le prit au mot, et traversa la ville, vêtue seulement de ses longs cheveux. Son mari tint parole et supprima les impôts.

La forme la plus ancienne de la légende raconte la traversée du marché de Coventry par Godiva, alors que le peuple était rassemblé, surveillée seulement par deux cavalières (vêtues). Cette version est narrée dans Flores Historiarum de Roger de Wendover (mort en 1236), un collectionneur d'anecdotes quelque peu crédule.

On pense généralement que les cheveux longs de Godiva sont un ajout ultérieur à la légende. D'autres éléments et thèmes sont coutumiers dans les contes : le seigneur intransigeant, la promesse exigée, des conditions de vie très difficiles, la chasteté. Un élément par contre ne l'est pas : la puissance et l'indépendance d'une épouse anglo-saxonne de la classe aristocratique


Une des variantes de la légende veut que les habitants de Coventry, pour montrer leur reconnaissance envers leur Dame, se soient tous enfermés chez eux pendant son passage. Seul un curieux, nommé Tom, aurait osé enfreindre la consigne et aurait jeté un coup d'œil à la dérobée ; mais en punition il devint sur-le-champ aveugle. C'est de là que vient l'expression anglaise « Peeping Tom », très souvent remplacée dans la langue actuelle par le français « voyeur ». Selon certaines sources cette légende serait née en 1586 : on aurait demandé au peintre Adam van Noort de représenter l'épisode et il aurait montré Léofric en train de regarder sa femme par la fenêtre pour constater qu'elle exécutait effectivement sa promesse. Le public aurait mal interprété ce détail, prenant le comte pour un simple indiscret.

Mais Godiva est aussi un chocolatier Belge très réputé


Le Manneken Pis

Il a une soeur où amie qui se nomme Jeanneke Pis dont la petite statue se trouve dans "l'îlot sacré".
Elle est beaucoup plus récente, bien cachée et assez mal entretenue.
Je ne connais pas du tout sa légende (si elle en a une) mais je peux la rechercher
_________________
Conduis-moi où les fées s'envolent


Dernière édition par Nane le Ven 3 Oct - 20:10 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Nane


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 2 527
Localisation: Ottignies (Belgique)

MessagePosté le: Ven 3 Oct - 16:47 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Jeanneke Pis (Sculpteur : Denis-Adrien Debouvrie (1985) )

Initiative sans beaucoup de bon goût, avec bien sur un très gros clin d'oeil à son penchant masculin, Manneken Pis, et avec l'espoir d'attirer au moins autant de monde dans cette impasse que de l'autre côte de la Grand-Place. Les japonais, en tout cas, en raffolent. Les restaurateurs du coin aussi...




_________________
Conduis-moi où les fées s'envolent
Revenir en haut
TAZUKI


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juin 2008
Messages: 192
Localisation: GRENOBLE

MessagePosté le: Lun 6 Oct - 07:42 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Merci NANE pour ces infos, je ne connaissais pas le pendant ( si j'ose dire) du MANNEKEN PIS.
L'égalité hommes-femmes est respectée même tardivement.
GODIVA chocolatier je connaissais et la légende de Lady GODIVA je la pensais belge, merci d' en avoir indiqué la source anglo-saxonne. Okay
_________________
Il est toujours avantageux de porter un titre nobiliaire. Etre de quelque chose, ça pose un homme, comme être de garenne, ça pose un lapin. ( Alphonse ALLAIS).
Revenir en haut
Nane


Hors ligne

Inscrit le: 09 Oct 2007
Messages: 2 527
Localisation: Ottignies (Belgique)

MessagePosté le: Mer 8 Oct - 10:03 (2008)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS Répondre en citant

Le pays des contes
Contes et légendes de Bretagne
La Légende de la Roche-aux-Fées


Les fées, au temps où elles vivaient, honoraient après leur mort ceux qui avaient fait quelque bien pendant leur vie, et bâtissaient des grottes indestructibles pour mettre leurs cendres à l'abri de la malveillance et de la destruction du temps, et dans lesquelles elles venaient la nuit causer avec les morts.
Et l'on dit que leur influence bienfaitrice répandait dans la contrée un charme indéfinissable, en même temps que l'abondance et la prospérité
C'est dans ce but et dans ces féeriques intentions qu'elles bâtirent la Roche-aux-Fées que nous avons dans un de nos champs. Ces fées, dit-on, se partagèrent le travail : quelques-unes d'entre elles restèrent au lieu où devait s'élever le monument, en préparaient les plans et l'édifiaient ; les autres, en même temps, tout en se livrant à des travaux d'aiguille, allaient dans la forêt du Theil, chargeaient leurs tabliers de pierres et les apportaient à leurs compagnes ouvrières, qui les mettaient en oeuvre. Mais elles ne comptèrent pas à l'avance ce qu'il leur en fallait.
Or, il advint que le monument était terminé et que les fées pourvoyeuses étaient en route, apportant de nouveaux matériaux ; mais, averties que leurs matériaux étaient inutiles, elles dénouèrent leurs tabliers, les déposèrent là où elles étaient quand l'avertissement leur parvint. Or, il y en avait dans la lande Marie ; il y en avait près de Rétiers ; il y en avait à Riche-bourg et dans la forêt du Theil. De là vient qu'on trouve dans tous ces endroits des pierres de même nature et provenant du même lieu que celles qui forment notre Roche-aux-Fées. Depuis longtemps les fées ont malheureusement disparu ; mais le monument est resté. Dans la nuit, quand la bise souffle au-dehors, on entend comme des plaintes dans la Roche-aux-Fées, et l'on dit que ce sont là les morts qui reposent là qui appellent les fées protectrices, et que ces plaintes se renouvelleront jusqu'à ce qu'elles soient revenues.

Extrait de "Histoires et Légendes de la Bretagne Mystérieuse", de G. Kogan aux éditions "Aux quais de Paris"
.
_________________
Conduis-moi où les fées s'envolent
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:10 (2016)    Sujet du message: CONTES MYTHES LÉGENDES DE TOUTES TRADITIONS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum Julien Doré Index du Forum -> ESPACE DES FORUMERS -> ¤ Discussions Libres ¤ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com