Forum Julien Doré Index du Forum
Forum Julien Doré

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Le Post.fr

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum Julien Doré Index du Forum -> ARCHIVES 2007 - 2008 -> ¤ Multimédia ¤ -> ¤ Revue de Web ¤ -> ¤ 2008 ¤
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Droo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2007
Messages: 3 586

MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 22:16 (2008)    Sujet du message: Le Post.fr Répondre en citant

Le moment où je critique Julien Doré

19/06/08

Dur dur d'être Nouvelle Star. Dans la tête de tout le monde, Julien Doré est celui qui hurlait comme un cochon égorgé sur des chansons qu'on auraient dit choisies par un Kamel Ouali sous acide. Et pourtant ce blondinet excentrique a conquis le public, comme on dit. Et même qu'on disait qu'il ne pourrait pas faire mieux que ces prestations déjantées sur la scène de l'émission de M6 (qui a récemment couronné Amandine qui ne m'a guère émoustillée que par son pouvoir sexuel ambigü). Et voilà "Ersatz", fruit de collaborations diverses et de l'imagination de Julien Doré.

Forcément sceptique, je me lance à l'assaut de ce disque très attendu par les critiques de toutes les rédactions françaises, tous crocs sortis, prêtes à se mettre sous la dent un énième produit de la télé française. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils ont dû être ennuyés, car oui, l'album est bien. Bien, mais sans plus. A tel point que j'ai hésité à en parler. Mais un album d'un artiste français qui est bien sans plus, c'est tellement rare !

Je l'ai écouté grâce à Deezer, qui l'a mis en ligne hier ou avant-hier. Les commentaires des Deezernautes sont partagés. Evidemment beaucoup désiraient quelque chose de carrément rock 'n roll, un album punk dément, coloré, ukulélé, un OVNI, une bombe enfin vous saisissez le tableau. Julien Doré nous offre là un album éclectique, sans "ligne éditoriale" si on peut dire, avec des compositions variées, des duos inattendus... Il nous prouve qu'il sait tout faire, et c'est peut-être son défaut car on arrive pas à le cerner. Il est punk ? Il est pop ? Il est variétoche ?

Impossible de parler de l'album dans son ensemble car il n'en forme pas un et si vous suivez ce blog depuis le début, vous avez peut-être remarqué que j'aime les albums qui forme un tout, un album dont la 5ème chanson me donne envie de revenir au début du disque et de l'écouter en entier. Avec "Ersatz", chaque chanson est complètement différente, ce qui va faire perdre à Julien Doré beaucoup de ses aficionados. C'est peut-être pas plus mal.


"Acacia", qui ouvre l'album, est une ballade folk dont la mélancolie est décuplée par la voix de Morgane du duo Cocoon, qui a composé la chanson. La voix de Julien Doré est douce, profonde, travaillée. La mélodie est très jolie. La chanson n'a rien d'extraordinaire, mais elle nous montre un côté de Julien Doré qu'on avait pas vraiment eu l'occasion de voir auparavant. Agréablement surprenant. Le fan de base reste sur sa faim, pas habitué à planer à cette hauteur. Le second titre ne va pas le faire s'envoler dans la stratosphère non plus.

"Les Bords de Mer", écrite par Doré (il en a écrite 6 sur les 12 de l'album), continue dans la douceur. La mélodie fonctionne très bien puisque selon votre bord de mer fétiche, vous vous remémorerez vos ballades sur la digue de Dunkerque ou de Marseille (ou de Bora-Bora, dans ce cas là on a pas le même budget-vacances). Les paroles font penser à Souchon ou Bashung. La voix de Julien Doré me plaît de plus en plus. Il est, à son habitude, complètement décomplexé, aucune peur, une assurance plaisante. Le fan de base commence à s'énerver : "où il est mon Julien Doré ???".

"Les Limites" est un bon candidat pour "La Chanson de l'Année" sur TF1 et pour tout vous dire, il se pourrait que je vote pour elle. Ce titre n'a rien à voir avec le reste de l'album, on a un peu l'impression qu'il a été créé dans l'optique "single", c'est un peu dérangeant, mais merde, ça marche ! Très 60s, on retrouve le Julien Doré de la Nouvelle Star, et ça nous fait plaisir. Retour du scepticisme : va-t-il tomber dans la facilité ? Le fan de base retrouve espoir. Et le re-perd aussitôt :

"Bouche Pute", chef d'oeuvre de l'album en 2 parties aux paroles à faire frémir les puritains catholiques. La première partie : très velvetienne (allez écouter ça), Doré est tout en retenue, le texte est splendide. Un poème sur l'amour "sale" où l'on sent l'influence d'un Christophe. La deuxième partie, instrumentale, est un crescendo infini à écouter le son à fond tellement c'est beau.

Sur "Figures Imposées", les synthés font leur entrée. Sympathique, envoûtant parfois. Les paroles ne sont pas géniales, dommage.

"Dans Tes Rêves", un bonbon ! Je vous laisse la surprise.

"Pudding Morphina" achève le fan de base. Titre en anglais, sombre, intense, triste, on pense à Tom Waits, Nick Cave and the Bad Seeds, tout en retenue encore une fois jusqu'à la fin. On sent qu'il pourrait y avoir une explosion électrique à tout moment, mais elle ne vient pas. Le fan de base est aigri, les autres auditeurs sont impressionnés par la performance de Doré à propos duquel on se dit à ce moment de l'album : "bien joué la Nouvelle Star", ce qui fait très cliché, mais c'est vraiment ça.

"Piano Lys", clavier en ligne conductrice d'un titre résolument new wave (on pense à Taxi Girl, le groupe de l'écorché vif Daniel Darc) et très cinématographique. La voix de Julien Doré est parfaite sur ce titre, toujours tout en retenue.

"Soirées Parisiennes", arrivée des cuivres funky et du côté dandy d'un Julien Doré sûrement habitué des soirées parisiennes, qui se lâche à la Katerine sur ce titre dansant qui déplaira à ceux qui exècrent les manières très... parisiennes de Julien Doré. Il aura alors réussi son coup !

"J'Aime Pas", qui ressemble beaucoup, beaucoup trop à une chanson d'Arno et qui donne plutôt envie d'aller ré-écouter "Live à Bruxelles" du chanteur belge à la voix plus-rauque-tu-meurs. Dommage.

"First Lady" est un titre que je trouve mal écrit. Même si le retour des cuivres funky fait plaisir aux oreilles, l'écriture semble être "automatique", pas vraiment travaillée, on comprend pas trop l'histoire. Dommage aussi. Un creux dans l'album.

"SS in Uruguay", reprise du maître Serge Gainsbourg, excellent choix ! Guitare à la Shadows (mais si, vous connaissez), paroles drôles, bien chantées par le Julien Doré dandy, saugrenu et atypique qui nous avait fait craqué à la NS !

"Los Angeles", nouvelle ballade mélancolique et romantique ("Je souffle sur les braises de Los Angeles/J'enfume le drame qui m'embrasse"). Ces ballades révèlent un Julien Doré amoureux (d'une certaine Miss Météo de Canal+), touchant... Chanson très bien écrite, très plaisante.

"De Mots", qui ferme l'album, duo avec Arno qui semble avoir été écrit uniquement pour lui ! Julien Doré joue le rôle d'invité sur son propre album !


"Ersatz" est un album globalement réussi même si on a du mal à cerner Julien Doré, ce qu'il a voulu faire. L'album ressemble à un pot-pourri de tout ce qu'il aime, sans début ni fin. 3 titres ne lui vont pas, beaucoup lui vont parfaitement, et certains sont de vrais chef-d'oeuvres ("Bouche Pute", "Piano Lys") ! Un album que j'ai écouté plusieurs fois, toujours avec plaisir, ce qui est très rare pour un artiste français. Je vous le conseille donc, même si je ne lui mets qu'une mention "assez bien".

Vous pouvez acheter l'album à peu près partout. Je vous le conseille car il y a un DVD à l'intérieur très sympa, c'est un vrai bel objet !

PS : Ce que c'est épuisant une critique titre par titre, surtout quand on doit réécrire la moitié à cause d'un bug du serveur ! Grr.

Par Ed Williamson - Le Post

Source : http://www.lepost.fr

Merci à Monjud, forum crazy-julien
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 22:16 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Droo
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Avr 2007
Messages: 3 586

MessagePosté le: Ven 20 Juin - 21:30 (2008)    Sujet du message: Le Post.fr Répondre en citant

Julien Doré / Ersatz : plaqué ou massif ? Escroc ou génie ?

20/06/2008

A peine quelques jours que son album, ERSATZ est sorti, qu'on se rue déjà pour lui faire la peau !

Rah la la ! Déjà qu'il avait les cheveux tout emmêlés par les multiples étiquettes qui leur collaient après : Nouvelle Star - bobo-branchouille - accro à tout type de produits illicites - écumeur des soirées parisiennes - rockeur trash - type sans voix qui se cache derrière des mises en scène ... et encore, j'en passe !

Bien sûr qu'il était attendu au tournant, Julien ! Serait-il sa propre caricature de la Nouvelle Star ? Aurait-il cédé aux sirènes du mercantilisme pour livrer un album de reprises ou de titres d'édition passe-partout ?

Alors, plaqué ou massif ?
Escroc ou génie, Julien Doré ?

Julien Doré c'est du massif plaqué, et c'est un escroc de génie, c'est tout !

En fait, Julien Doré contentera tout type d'écoutant, fan de base "NS", bobo branché, nouvel arrivant ...

Pour commencer, ceci, que si peu de monde a noté, alors que c'est tellement simple de l'entendre en parler lui-même ... il ne s'en cache nullement ! Où a-t-il été pêcher son idée de clip pour Les Limites, qu'il a écrit et co-produit ? ...

... là, chez Gainsbourg :



Et en plus, c'est un super hommage à Jean-Pierre Cassel ... il reconnaît d'ailleurs n'avoir pas eu le talent pour reproduire cette drôle de danse !

Quelques titres marquants ...

De "Bouche Pute", le titre le plus long de l'album, on entendra beaucoup de choses, sans doute ... et Julien le sait bien, qui dit qu'on l'attend aussi "pour ça" ... pour ce cri d'amour violent ... parce qu'il vaut mieux être violent que fade ... un drôle de poème vaguement surréaliste ... qui se termine par un instrumental très inspiré qui emporte toujours plus fort et plus loin sur les choeurs de Christophe, le vrai Christophe, Bevilacqua.

Et parce que Julien Doré est aussi (et surtout ?) un homme de contradictions, il livre aussi une typique chanson romantique dans la mélodie, mais écoutez bien les paroles ... "Los Angeles"

Drôle de changement avec le titre suivant, "Figures imposées" peut-être parti pour être un second single, puisqu'il le chante en radio, aux côtés des Limites ... Je n'ai accroché ni à la mélodie, ni à sa mise en musique ... pour le coup, là, j'ai trouvé qu'il l'avait jouée vraiment trop facile ...

Evidemment, "Dans tes rêves", "Les limites" et "Soirées parisiennes" sont typiquement "Doré de base", donc un peu plaquées ... mais plaquées sur de l'or, celui de sa voix, même si on n'écoute pas trop la musiquette qui passe derrière ... Sauf pour ce qui concerne Soirées parisiennes, avec une intro cuivrée bien sympa et un tempo très agréable.
Dans tes rêves est l'exacte abomination pour tous ceux qui lui reprochent, comme Philippe Manoeuvre a pu le dire (mais bien moins méchamment que cela n'a été rapporté), de faire de la copie, de surfer de référence en référence, sans individualité ...

Le duo "Les mots" avec le belge Arno est très dans la note "Doré", mais sur une musique typiquement labellisée Arno; et l'unique reprise de l'album, SS in Uruguay, titre pas très populaire de Gainsbourg, boucle un peu la boucle de l'album ... tout en faisant un joyeux pied de nez à la Nouvelle Star, un peu en forme de coup de pied au cul, en fait ... (un peu comme le "Elu Produit de l'Année" de Christophe Willem ...) : Julien Doré qui nous avait tant habitués à des reprises hautement improbables durant la saison 5, des reprises qu'auraient probablement reniées les interprètes d'origine ... se livre là à une interprétation copiée-collée à 100%, même l'arrangement est entièrement identique ! tout y est, les instruments, les choeurs, TOUT, on vous dit !

Dernière chose : son album est produit par Renaud Létang, collaborateur de Feist, de Manu Chao, de Jean-Louis Aubert, de Gonzales, de Bernard Lavilliers, d'Abd Al Malik ... Il aurait pu choisir pire.

Et parce qu'avec Julien Doré rien ne sert de prendre les choses de façon linéraire, pour aller d'un début, hypothétique, jusqu'à une fin, non annoncée ... je vais continuer par le début, qui sera finalement ma conclusion ...

Qu'est-ce qu'un ERSATZ ? "un sous-équivalent, souvent considéré de moindre qualité, d'un sujet donné, ou tout produit de substitution tenant l'office de l'original. Il s'agit d'une pâle copie, d'un substitut parfois peu, voire pas du tout efficace, ou encore d'un sujet dénaturé peu convaincant" .

... voilà, tout est dit. Tout est dit de l'humour de Julien Doré, de son recul par rapport à lui-même et à ses productions, des réponses qu'il fait par avance aux critiques qu'on ne lui a pas encore faites, comme celle de Philippe Manoeuvre, qui, en réalité, aurait tout compris de l'album Erstaz, puisqu'il en dit qu'il a eu "le sentiment d'entendre, tout au long de l'album, une chanson de Beck, de Daniel Darc, de Nick Caves, d'Arno, de Dick Rivers, de Gainsbourg, de Philippe Katerine, de Bashung ... mais rien de personnel".

Qui est Julien Doré ? demande Philippe Manoeuvre ...
Et bien il est strictement, exclusivement et en même temps exhaustivement ce qui ressort de cet album : un jeune homme de 26 ans qui ne prétend pas réinventer la chanson et qui pour l'instant accepte de se faire accompagner un bout de chemin par des ombres tutélaires assez voyantes, mais qui a suffisamment d'intelligence pour pondre des textes pas trop cons ... Un jeune homme un peu déjanté mais finalement pas tant, certainement ... qui se cache derrière ses drôles de vestes et derrière sa barbe, après s'être caché pendant les 10 semaines de la Nouvelle Star l'an passé derrière sa barrette et son Yukulélé.

Bien sûr on reste un peu sur sa faim, il n'y a pas forcément sur cet album LE titre qui ferait crier au génie ... ce n'est finalement qu'un ersatz, et Julien Doré qu'un truqueur de génie, puisqu'il nous l'a déjà dit avant de commencer !

Par Manue évidemment

http://www.lepost.fr/article/2008/06/20/1211689_ersatz-de-julien-dore-plaqu…]www.lepost.fr

Merci à Monjud, forum crazy-julien
Revenir en haut
rodéo


Hors ligne

Inscrit le: 19 Mai 2007
Messages: 1 505
Localisation: Liège

MessagePosté le: Lun 23 Juin - 16:36 (2008)    Sujet du message: Le Post.fr Répondre en citant

....ductile et malléable:sic?
_________________
**Julien Doré en live, c'est sismique!**

"Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue."(Albert Einstein)
Revenir en haut
Megahertz


Hors ligne

Inscrit le: 27 Avr 2007
Messages: 2 033
Localisation: Si tu vois que la berge se dérobe, prête l'oreille et tu me devineras

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 18:35 (2008)    Sujet du message: Le Post.fr Répondre en citant

Voilà deux critiques auxquelles j'adhère.
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:20 (2016)    Sujet du message: Le Post.fr

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Forum Julien Doré Index du Forum -> ARCHIVES 2007 - 2008 -> ¤ Multimédia ¤ -> ¤ Revue de Web ¤ -> ¤ 2008 ¤ Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com